Les microcontrôleurs PIC programmés en Objective Caml, pp. 177-208

Les microcontrôleurs PIC programmés en Objective Caml

Benoît Vaugon1 , Philippe Wang 2 , Emmanuel Chailloux 2

1: Université Pierre et Marie Curie (Paris 6)
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
2: Laboratoire d’informatique de Paris 6 (LIP6), CNRS UMR 7606,
Université Pierre et Marie Curie (Paris 6)
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

pp. 177-208

Les microcontrôleurs PIC sont des circuits intégrés programmables. Ils se distinguent par leurs bas prix et leur faible consommation énergétique. Les principaux langages de programmation disponibles sont l’assembleur PIC et des sous-ensembles des langages C et Basic. Ils demandent souvent au programmeur de se préoccuper méticuleusement des limitations du matériel. Dans ces conditions, il est souvent difficile d’exprimer des algorithmes complexes utilisant des allocations dynamiques. Nous introduisons Objective Caml, un langage applicatif multiparadigme, à allocation dynamique et récupération automatique de mémoire. L’utilisation d’un langage de haut niveau sur ces architectures apporte la possibilité d’y exécuter des algorithmes bien plus complexes tout en assouplissant fortement les contraintes de programmation, notamment parce que la gestion de la très petite quantité de mémoire est alors automatisée. Cela facilite le processus de mise au point tout en garantissant un haut niveau de sûreté d’exécution. Pour ce faire, nous introduisons une machine virtuelle Objective Caml développée en assembleur PIC18, selon les spécifications de la machine de référence distribuée par l’INRIA. Celle-ci permet d’utiliser la totalité du langage Objective Caml sans aucune restriction. Les performances obtenues sont par ailleurs très satisfaisantes et soutiennent la pertinence de l’approche adoptée.

[PDF]